Montagne

Les zones de montagne sont particulièrement sensibles, selon les résultats des travaux du GIEC, et en première ligne pour constater les effets du changement climatique.


Accédez à des informations en fonction de votre profil :

ÉluTechnicien de collectivitéActeur économiqueBureau d'EtudesParticulier

Sommaire

Les secteurs montagneux se réchauffent deux fois plus vite que l’ensemble du territoire Français. Les domaines de l’eau, de la biodiversité et du tourisme hivernal sont particulièrement vulnérables aux évolutions climatiques futures.

En France métropolitaine, les espaces de montagne couvrent environ le quart du territoire national. Ces espaces sont compris dans 6 massifs (au sens de la « loi Montagne »).

massifs en france
  • les Pyrénées
  • le Massif central
  • les Alpes
  • le Jura
  • les Vosges
  • la Corse

La montagne, particulièrement exposée

Les espaces de montagne doivent faire face à un réchauffement climatique continu, n’excluant pas des années plus chaudes alternant avec des années plus froides.

D’ici le milieu du XXI° siècle, les projections climatiques indiquent que la température pourrait y augmenter de plus 2.1°C en moyenne en été. Puis, le réchauffement serait beaucoup plus rapide dans la seconde moitié de ce siècle. Les augmentations de température varient d’une région et d’un massif à l’autre.

Un manteau neigeux qui s’amenuise

La basse et la moyenne montagne (en deçà de 2 000 mètres d’altitude) sont particulièrement touchées par la baisse de l’épaisseur du manteau neigeux :  avec le réchauffement, il pleut plus qu’il ne neige et la neige fond plus vite. Cette baisse est plus marquée en début et en fin de saison hivernale. Selon la majorité des résultats, la haute montagne serait moins impactée.

Un sol qui perd son rôle de ciment

La hausse des températures a  des conséquences sur la stabilité des sols, cimentés par le gel. Cette déstabilisation entraîne déjà l’augmentation du nombre de glissements de terrains et d’effondrements rocheux.

Les derniers glaciers de France dans le Mont-Blanc ?

Les glaciers alpins sont globalement en récession depuis 1840, mais le phénomène s’accélère depuis les années 1980 (réchauffement estival)1. Les glaciers des Alpes ont perdu 25 % de leur volume entre 1975 et 2000 soit 1 % par an. Les glaciers pyrénéens ont vu leur surface diminuer de 85 % depuis 18502. Avec un réchauffement de l’ordre +3°C au milieu du XXI° siècle, il ne resterait qu’une seule zone de glaciers significatifs dans le massif du Mont-Blanc. La fonte des glaciers provoquent une modification du régime hydrologique en aval.

Une recrudescence des phénomènes extrêmes

Est également prévue une fréquence plus élevée des phénomènes météorologiques extrêmes : fortes précipitations et longues périodes de sécheresse, bien que le régime des précipitations reste encore incertain.

Des stations de ski également impactées

En hiver, se posera la question de la viabilité des stations de ski de moyenne montagne. Dans les Alpes, 143 domaines skiables bénéficient actuellement d’un enneigement fiable. En cas de réchauffement de 2°C, cela ne sera plus le cas que pour 96 stations et seulement 55 stations pour un réchauffement de 4°C. Dans les Pyrénées centrales, l’épaisseur moyenne de la neige pourrait se réduire de 50% selon les estimations les plus optimistes.

Intégrer l’adaptation dans les pratiques sectorielles

Les conséquences du changement climatique vont profondément modifier l’économie, l’environnement et la société montagnards. S’adapter permettra d’en atténuer ou d’en éviter les effets négatifs afin de préserver un potentiel de développement futur.

L’agriculture, le tourisme hivernal, la ressource en eau, les forêts, les écosystèmes et la biodiversité, les risques naturels, les conditions de vie des populations, les infrastructures, la production d’énergie et l’industrie… De nombreux secteurs sont touchés par ces conséquences.

Paysage d'hiver à Chamrousse © Sylvain Giguet - Terra

Une transition globale

Le changement climatique se révèle  comme un facteur d’accentuation de changements plus globaux. Les attentes des clientèles touristiques évoluent, de même que l’organisation et les capacités financières des collectivités. Les modèles économiques doivent se réinventer en conséquence. La transition doit être globale :  touristique, agricole, énergétique, etc.

Une voie est tracée

Il s’agit de mieux intégrer l’enjeu d’adaptation au changement climatique dans les projets et pratiques sectorielles. Les premiers travaux ont consisté à développer et diffuser de la connaissance via des observatoires. Des démarches d’adaptation ont été engagées pour analyser la vulnérabilité territoriale. C’est aujourd’hui dans le champ des actions opérationnelles que se joue l’adaptation effective au changement climatique.

Coordonner les usages de l’eau

Alors que la ressource en eau a toujours été très présente dans les territoires de montagne, le changement climatique pourrait modifier les cycles hydrologiques. Or, cette ressource contribue à de multiples usages : alimentation en eau potable, agriculture et pastoralisme, neige de culture, tourisme d'eaux vives, production hydroélectrique, etc. Ils devront  s’adapter en conciliant les usages.

Une agriculture adaptée à encourager

Les secteurs de l’agriculture, du pastoralisme et de la sylviculture, très présents en montagne, sont directement dépendants du climat. Des épisodes plus fréquents de fortes chaleurs et de sécheresses accroissent les risques de pertes de récoltes et de ressources fourragères. Avec l’extension de l’aire de répartition de certains ravageurs, il conviendra de renforcer les moyens de contrôle. Le rythme annuel du pastoralisme devra faire avec des printemps précoces, l’alternance d’années sèches ou humides. Autant de phénomènes qui nécessiteront de nouvelles compétences agricoles à diffuser.

Vers un tourisme moins dépendant de la neige

Une importante part des revenus des populations montagnardes est directement ou indirectement liée au tourisme, notamment hivernal. Au premier rang des défis à relever, pour les stations de montagne, la fiabilisation du domaine skiable et la diversification de l’offre touristique. Celle ci invite à dépasser l’échelle de la station pour celle du territoire touristique, basé sur la valorisation de ressources spécifiques, avec une gouvernance à construire : chaque station doit trouver sa propre trajectoire d’évolution.

Des risques amplifiés impactant les activités humaines

Aléas gravitaires (avalanches, coulées de boues, affaissements), inondations et incendies peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les activités humaines en montagne, en particulier en coupant les axes de communication de façon durable.    Alors que la fréquence et l’intensité de ces risques est susceptible d’évoluer, il s’agit d’anticiper en analysant pour son territoire  les évolutions potentielles de ces risques dans un contexte de changement climatique.

Des pistes pour une recherche-action-adaptation

Des multiples projets de recherche abordent la problématique de l’adaptation du changement climatique en montagne, notamment via des collaborations pluridisciplinaires. C’est le cas du projet Adamont (2015-2017) : il associe production de connaissances et démarche opérationnelle pour faire évoluer les pratiques dans les parcs naturels régionaux de la région grenobloise.

En montagne, eau, énergie et tourisme en ligne de mire

Le GIEC dévoile son rapport spécial sur les océans et fait un focus sur les zones de montagne.

Le rapport spécial "Océan et cryosphère dans le contexte du changement climatique a été approuvé le 24 septembre 2019 par les 195 pays membres du GIEC (groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat) .

Les scientifiques Samuel Morin, Jean-Pierre Gattuso et Alexandre Magnan décryptent la situation et les solutions pour agir.

 

Accéder au rapport

 

Que dit le PNACC 2 ?

Dans la suite des «ateliers des territoires» en montagne qui ont mobilisé six territoires tournés vers l’économie du ski, le MTES promouvra auprès des collectivités et acteurs concernés un modèle de développement plus résilient en moyenne montagne permettant le développement de nouvelles activités adaptées au changement climatique.

Pour en savoir plus sur le Plan National d'Adaptation au Changement Climatique

Des exemples d’actions

 

Des ressources incontournables

Des informations en fonction de votre profil

Sélectionnez un profil pour retrouver des ressources ciblées sur le changement climatique et la montagne.

 

ÉluTechnicien de collectivitéActeur économiqueBureau d’ÉtudesParticulier