Calcul du coefficient de biotope par surface

2019

En quoi cette action contribue à l'adaptation au changement climatique ?

L’instauration d’un coefficient de biotope dans un PLU garantit un niveau de végétalisation des espaces urbanisés qui contribue, au-delà des effets rafraîchissant l’été, à l’amélioration du cadre de vie des habitants et à la préservation de la biodiversité.

Description détaillée

Les services de la collectivité mettent à disposition des communes, pour atteindre cet objectif, un outil technique de calcul de coefficient de biotope qui sert de cadre d’exigence pour favoriser la biodiversité lors de toute nouvelle construction ou de toute requalification urbaine.

A chaque mètre carré nouvellement construit en zone urbaine correspond non seulement une obligation réglementaire de maintien de la biodiversité mais aussi un score, attribué en fonction du degré de biodiversité reconquise. Si pour compenser l’artificialisation du sol lors de la construction d’un nouvel immeuble, le porteur du projet prévoit une compensation en terme de plantation d’arbres en pleine terre, le coefficient de biotope par surface sera l’un des plus élevé. En revanche, si la compensation s’opère en terme de pavage aux joints enherbés, le coefficient de biotope par parcelle sera moindre.

Caractéristiques

Type d'initiative
Élaboration et utilisation d’outils
Thématique
Biodiversité
Impacts
Canicule
Evolution des températures moyennes
Localisation de l'action
Lille Métropole

50.6305089, 3.0706414

Calcul du coefficient de biotope par surface