Ilots de chaleur : Agir dans les territoires pour adapter les villes au changement climatique

On constate de manière récurrente qu’il fait plus chaud en ville qu’en périphérie ou dans les espaces naturels. Ce climat local lié à l’urbanisation entraîne des problèmes en termes de santé et de bien-être, surtout l’été en période de fortes chaleurs. Différents travaux sont menés depuis plusieurs années afin de mieux comprendre et de faire face à ce phénomène.

Plusieurs points abordés :

1) Connaître le phénomène

Combiné à l’augmentation de la population et à la densification urbaine, le changement climatique va rendre plus prégnant le phénomène des îlots de chaleur urbains (ICU), c’est-à-dire une élévation des températures  de l’air et de surface des centres-villes par rapport aux périphéries, particulièrement la nuit.

2) Des outils pour les collectivités

Le Cerema conduit des travaux d’innovation et d’expertise sur le sujet, avec des méthodes de mesures micro-météorologiques  réalisées à l’aide d’un véhicule instrumenté et ou bien via des réseau de capteurs fixes.

3) Agir contre les îlots de chaleur

La Métropole de Clermont-Ferrand connaît elle aussi un problème de surchauffe urbaine et déploie une stratégie d’adaptation au changement climatique.

3 exemples d'aménagements favorables à la fraîcheur en ville

Des exemples d’aménagements qui répondent au phénomène d’ICU comme la rue Garibaldi à Lyon, l’EcoQuartier de Clichy Batignolles et Le pôle multimodal de Saint-Augustin, près de l’aéroport de Nice.

Lire l'article sur cerema.fr